La vie existe-t-elle ailleurs dans l'univers

Actualités -

La vie existe-t-elle ailleurs dans l'univers ?

de lecture - mots

Nous vivons sur une jeune et petite planète au milieu d'un univers incroyablement vaste et vieux. La vie est apparue moins d'un milliard d'année après la formation de la planète. Et malgré les astéroïdes et autres apocalypses planétaires, elle a toujours subsisté. Que ce soit au fond des océans ou au milieu des déserts. On est donc en droit de se demander "Sommes-nous vraiment seuls dans l'univers ?"

La vie est-elle un accident isolé, un cas particulier qui n’a eu lieu que sur terre ou existe-il une vie extra-terrestre ? Depuis plus de mille ans, Les astronomes et les astrobiologistes se posent la question et de nos jours, on ne cesse de progresser dans le domaine.

Un univers sans limite

Le diamètre de l'Univers observable est estimé à environ 93 milliards d'années-lumière, ou encore 880 000 milliards de milliards de kilomètres. Nous ne pouvons donc pas observer les objets situés au-delà de l'horizon cosmologique (limite observable depuis la terre).

univers horizon cosmologique

L'univers visible est grand, très grand. On estime qu'il contient plus de 100 milliards de galaxies contenant chacune plus de 100 milliards de planètes. En imaginant qu' 1% de ces planètes soit semblable à la nôtre, et que la vie se soit développée sur seulement 1% d'entre elles, cela donnait quand même plus d'un milliard de milliard de formes de vie dans l'univers.

D'ailleurs, pas besoin de se limiter aux planètes semblables à la nôtre. Même s'il est relativement admis que seul un liquide permet des réactions chimiques complexes - car dans un solide, les molécules sont trop fixes et dans un gaz, trop éloignées - rien ne nous dit que ce liquide doit impérativement être le même que nous.

Qu'est ce que la vie ?

C’est là qu’est toute la complexité, qu’elle est la limite extrême pour qu’un organisme puisse vivre ? En début d’année 2017, la NASA a publié les résultats d’une expérience menée au sein de la station spatiale internationale. Placé hors de l’ISS, des algues ont survécu durant 2 ans dans l’espace. On a alors apprit que ces algues sont capable de survivre à des températures de +60 à -25 degrés, au dessèchement total ainsi qu’au rayon UV, hors de l’atmosphère terrestre.

On a donc de bons espoirs pour trouver un jour de la vie sur une planète au climat plus rude que ce que nous connaissons sur terre. Ces environnements pourront être extrêmes en plusieurs points. Il pourra s’agir d’une planète possédant des eaux acides, des environnements sous haute pression atmosphérique, des zones à forte radiation, des températures extrêmes ou même des planètes quasi désertiques.

Mais même si des organismes arrivent à survivre à des environnements difficiles, il y a quand même quelques prérequis au développement de la vie. Premièrement, les scientifiques s’accordent à dire que nous aurons plus de chance de découvrir de la vie sur une planète tellurique. Pour cause, les molécules qui forment le bouillon primitif propice à la vie s’agrègent plus facilement sur une surface composée de roche ou de métal en comparaison avec des planètes gazeuses ou liquides.

Il est vrai que sur notre planète, la vie est apparue dans l'eau et évolue dans un milieu entre 40 et -40 °C. Mais comment savoir si c'est une norme ou une exception ? Peut-être qu'il existe de la vie faite à parti de méthane, d'azote de magma ou autre. De plus, la définition de ce qu'on appelle "la vie" est assez floue. Si un jour on découvre une forme de vie totalement différente de la nôtre que ce soit au niveau de la composition, ou de sa manière d'évoluer dans son environnement, il est possible qu'on ne la considère même pas comme de la vie.

Par exemple, un robot qui marche, parle et résout des équations, on ne dit pas que c'est un être vivant, contrairement à un arbre qui, lui, ne bouge pas et ne pense pas non plus. Donc, que dirons-nous si on trouve une planète peuplée de robots, par exemple ?

Les robots peuvent-ils être considéré comme une forme de vie intelligente ?

robot vie intelligente

Il suffit de voir les débats sur les virus pour comprendre que la recherche de la vie est une question plus complexe qu'il n'y paraît. Mais quand on parle de vie extraterrestre, on pense plutôt à une civilisation avec qui nous pourrions communiquer. C'est-à-dire une forme de vie intelligente et qui se trouverait dans notre galaxie.

Une équipe internationale de chercheurs a mis en place une carte 3D de l’univers proche observable depuis notre centre : la Terre. (Crédit : Hélène Courtois, Daniel Pomarède, R. Brent Tully, Yehuda Hoffman et Denis Courtois)

univers observable carte 3d

Reprenons nos calculs : la Voie lactée comporte plus de 100 milliards de planètes. En imaginant qu'une planète sur 1000 abrite la vie, et que seulement 1% de ces planètes ait développé une forme de vie intelligente, cela fait tout de même plus d'un million de civilisations rien que dans notre galaxie. Pourtant, on a beau observer le ciel sans relâche depuis des années, et on ne voit personne.

Une vie extraterrestre plus évoluée que la vie humaine

Illustration issu du film "E.T. l'extraterrestre" sortie en 1982 et réalisé par Steven Spielberg. Véritable succès, le film aura permis de mettre un visage sur les extraterrestres dans la culture populaire.

vie extraterrestre intelligente

Soit ils sont beaucoup plus évolués que nous, au point de pouvoir aller plus vite que la lumière, se téléporter, ou détruire des planètes avec un rayon laser. Si c'est le cas, il est parfaitement possible que notre univers soit totalement colonisée et interconnectée sans qu'on s'en rende compte.

Vu qu'actuellement nous sommes incapables de détecter la vie sur une exoplanète, et encore moins des vaisseaux spatiaux. On a donc aucun moyen de les voir. Les communications par ondes électromagnétique étant beaucoup trop lentes à l'échelle d'une galaxie, ils utilisent peut-être autre chose ce qui les rend indétectables pour nous. Et s’ils ne nous contactent pas, c'est peut-être parce qu'ils attendent qu'on soit assez matures ou alors parce qu'il visitent chaque planète une fois par million d'années, et que la dernière fois qu'ils sont venus, il n'y avait que des animaux.

Messages aux extraterrestres

On serait alors comme une fourmilière perdue au milieu de l'Amazonie qui n'a aucun moyen d'observer ou de contacter les humains, qui pourtant colonisent la planète. Ou alors les extraterrestres ne sont pas plus évolués que nous. Soit parce qu'on est proche de la technologie maximale possible, ou bien parce qu'on est tout simplement l'une des premières civilisations de la galaxie.

Dans ce cas, il faut savoir qu'on émet des ondes radio depuis moins de 100 ans. Par conséquent, si on veut une réponse aujourd'hui il faut que notre interlocuteur se trouve à moins de cinquante années-lumière de nous, le temps que notre message leur arrive et que leur réponse nous parvienne.

Le message d'Arecibo est le premier message envoyé dans l'espace visant ouvertement une civilisation extraterrestre, il fut envoyé en 1974 vers l'amas globulaire avec différentes informations sur la nature de l'homme. Il lui faudra 25000 années lumières pour y parvenir, ceci signifie qu'il faudra attendre 50000 ans avant une potentielle réponse.

Message Arecibo

Sachant qu'on a estimé précédemment que seulement une planète sur cent mille abritait de la vie intelligente. Il est donc parfaitement normal de ne pas avoir de réponse, sans parler du fait que les premières émissions radios envoyées comme le message d'Arecibo sont sûrement presque indiscernables du bruit de fond cosmique aujourd'hui.

Il faut donc continuer à chercher et surtout être patient. Et peut-être qu'un jour, dans un avenir plus ou moins lointain, quelqu'un finira par répondre à notre appel.

Découvrez notre Mug Alien, destiné à tous les optimistes concernant la présence de vie extraterrestre dans notre univers !

mug alien extraterrestre

Pensez vous qu'il existe une vie extraterrestre dans l'univers ? Donnez nous votre avis dans les commentaires ! 


Laissez un commentaire

Recevez nos articles dans votre boite email.