isro ambitieuse agence spatiale

Actualités, Histoire -

L'ISRO, l'agence spatiale indienne est elle plus ambitieuse que la NASA ?

de lecture - mots

L’inde est une super puissance en devenir, son PIB devrait dépasser celui de la France dans les années à venir et avec 1,3 milliard d'habitants dans le pays, ce n'est sûrement que le début de l'ascension vers la croissance de la richesse du pays. Cette nouvelle dynamique amène avec elle de nouvelles ambitions dans de nombreux secteurs dont celui qui nous intéresse : l'espace.

Inspiré par le pionnier soviétique et ses exploits spatiaux

L'Inde s'est intéressé très tôt à l'espace, le lancement de Spoutnik en 1957 impressionne fortement le docteur Vikram Sarabhai, il va pousser le gouvernement de l'époque à se doter d’une organisation spatiale dès 1962 juste après le premier vol de Youri Gagarine et seulement 15 ans après que le pays est obtenu son indépendance du Royaume Uni. En effet, L’Inde devient indépendante en 1947 et va subir plusieurs guerres avec ses régions majoritairement musulmanes qui formeront par la suite le Pakistan et le Bangladesh. Le pays va donc lancer son programme spatial plus tardivement en comparaison à d’autres pays comme la Chine, la France ou le Japon.

Programme Rohini et début de l'histoire spatiale

Vikram Sarabhai est considéré comme le père du programme spatial de l'Inde car il a joué un rôle décisif dans le développement en Inde des technologies utilisées par les lanceurs et les satellites.

Vikram Sarabhai pere programme spatial indien

Vikram Sarabhai est un peu considéré comme le père du programme spatial indien. L'Inde se concentre au départ au travers du programme Rohini dans le lancement de plusieurs fusées-sonde, c’est-à-dire des fusées qui peuvent aller dans l’espace mais sans réussir à se mettre en orbite. Le pays n'a pas entièrement accès à la technologie soviétique qui accélère mais sait comment se trouver des alliés. Après quelques séjours dans les locaux de la NASA et un partenariat avec le CNES, les indiens construisent des fusées pouvant s'élever à quelques dizaines de kilomètres d'altitude.

Première sonde-fusée RH-75 du programme indien Rohini le 20 novembre 1967.
premier lancement fusee rohini inde

Création de l'ISRO, l'Indian Space Research Organisation

logo isro

En 1969, l'agence spatiale indienne ISRO (Indian Space Research Organisation) est créée et elle est aujourd’hui toujours en activité. Les années 70 marquent le passage aux domaines applicatifs, deux choses intéressent l'Inde en particulier, les satellites de télécommunications qui permettrait de rapprocher les extrémités de ce pays immense qui fait presque la taille d'un continent et, bien entendu, si de tels satellites pouvait être lancés par une fusée indienne, alors on serait dans un scénario idéal pour les indiens.

Le centre spatial Satish-Dhawan dans le sud de l'Inde, il y a environ 5 lancements par an.
centre de lancement satish-dhawan inde

En 1970 est créée la base de lancement, le centre spatial Satish-Dhawan située dans le sud du pays. A ce moment-là, c’est la guerre froide et l’Inde a un positionnement ambigu. Le pays est dans le mouvement des non-alignés, il est ennemi du Pakistan et de la Chine. Son régime mélange planification socialiste et capitalisme. Ainsi, au début des années 1970, l’Inde commence son programme de création d’un lanceur capable de mettre un satellite en orbite. L’Inde prépare aussi à ce moment un satellite et arrive à trouver un accord avec l’Union Soviétique pour se le faire envoyer. Le satellite Aryabhata est ainsi envoyé le 19 avril 1975 par une fusée russe, c’est un succès.

Aryabhata, premier satellite indien lancé par les soviétiques en 1975.

premier satellite indien Aryabhata

Premier satellite indien en orbite !

L’Inde obtient enfin son propre satellite dans l’espace. Petit problème hélas, le satellite subit une défaillance quelques jours après et ne sera plus utilisable. En 1979, le travail des ingénieurs indien porte ses fruits, le premier lanceur de satellite indien nommé le SLV pour « Satellite Launch Vehicle » est prêt, c’est le premier lanceur construit entièrement par l’Inde. Le 10 août 1979 la fusée décolle du Centre spatial Satish-Dhawan avec le satellite Rohini. Suite à un petit problème la fusée s’écrase.

Premier satellite en orbite de manière autonome avec Rohini

Le 18 juillet 1980, une nouvelle fusée SLV est relancée toujours avec un satellite Rohini et c’est une réussite. Le petit satellite est mis en orbite. L'Inde devient alors une puissance spatiale à part entière. C’est le septième pays à devenir une puissance spatiale après l’URSS en 1957, les Etats-Unis en 1958, la France en 1965, le Japon en 1970, la Chine en 1970 et le Royaume-Uni en 1971. Les satellites Rohini ne sont que des petits satellites expérimentaux. Au début des années 1980, l’Inde se fait envoyer des satellites par différentes agences spatiales du monde car ne disposent pas encore d’une autonomie technologique lui permettant de le faire toute seule. Un satellite de télécommunication est envoyé par l’agence européenne en 1981, un satellite de télédétection est envoyé par l’Union Soviétique en 1981 et un satellite météorologique est envoyé par les Etats-Unis en 1982. Entre-temps, l’Inde décide de participer au programme soviétique Interkosmos qui propose à des étrangers de participer à des missions habitées soviétiques.

Premier indien dans l'espace

Rakesh Sharma au centre avec les 2 soviétiques Gennady Strekalov (à gauche) et Gennady Strekalov (à droite), ils forment l'équipage de Soyuz T-11.

Rakesh Sharma inde equipage soyouz T-11

Rakesh Sharma sera sélectionné pour rejoindre une mission en direction de la base spatiale Saliout 7. Le vol Soyouz T-11 a lieu le 3 avril 1984. Rakesh Sharma y sera présent en tant que chercheur pour mener des expériences, il fera aussi la promotion du Yoga. Il retourne sur Terre le 11 avril 1984 avec le Soyouz-10 qui était déjà présent sur place. C’est la première fois mais aussi l’unique fois qu’un Indien est allé dans l’espace. Il y aura plus tard Kalpana Chawla (décédé lors de l'accident de Columbia en 2003) qui est indienne de naissance et naturalisée américaine mais elle n’ira pas dans l’espace en tant qu’Indienne mais en tant qu’Américaine.

Kalpana Chawla est indienne naturalisée américaine. Elle fait partie de l'équipage de la mission STS-107 à bord de Columbia qui se désintégrera en rentrant dans l’atmosphère en 2003.

Kalpana Chawla et equipage sts-107

Premiers lanceurs indiens avec le SLV et le ASLV

Après les quelques rares vols du lanceur SLV, l’Inde prévoit plus gros encore avec un tout nouveau lanceur : lanceur ASLV pour « Augmented Satellite Launch Vehicle ». Le 24 mars 1987, ASLV est prêt, il fait son premier décollage mais il échoue à démarrer la première étape. Le 13 juillet 1988, un nouveau ASLV est lancé. Mais il se désintègre en vol, c’est donc encore un échec. Le 20 mai 1992, le lanceur ASLV est relancé et il arrive à mettre en orbite le satellite. Mais il arrive uniquement à le mettre dans une orbite basse. Le lancement est réussi mais pour le satellite c’est raté. Le 4 mai 1994, un dernier lanceur ASLV décolle et réussit à mettre en orbite son satellite. C'est la consécration d'un long et dur travail, enfin !

Plusieurs générations de lanceurs

Tous les différentes générations de lanceurs indiens de 1980 à 2017.

toutes les fusees indiennes isro

En 1993, l’Inde met au point le lanceur PSLV pour « Polar Satellite Launch Vehicle » qui doit remplacer l’ASLV. Le 22 septembre 1993 a lieu le premier lancement mais la trajectoire est mal tracée et la fusée s’écrase dans l’océan. Durant les années 1990, des vols expérimentaux ont lieu pour enfin faire place à de vraies lancements avec réussites. Le PSLV est désormais encore utilisé aujourd’hui. Un autre lanceur est créé un peu plus tard, le GSLV, dont le premier décollage a lieu le 18 avril 2001, mais il place mal le satellite en orbite. Son premier vrai lancement avec un vrai satellite aura lieu en 2004.

Le GSLV Mk2 est créé en 2014, il doit pouvoir lancer des objets encore plus lourds, notamment des capsules qui simulent un vaisseau habité. Bref, à la fin des années 2010, l’Inde possède trois types de fusées prêt a l'emploi suite au retraits des premiers lanceurs SLV et ASLV. Elle dispose du PSLV qui est légèr, le GSLV un peu plus lourd et la GSLV Mk2 qui est le plus lourd de tous. Cette version GSLV Mk2 évoluera par la suite en plusieurs versions au fur et à mesure des avancées technologiques du pays. Mais l’Inde, malgré tous ses échecs de lancement survenus dans les années 1980 et 1990 a commencé à voir au-delà du simple lancement de satellite.

Modèle de la sonde lunaire Chandrayaan-1 exposée au Anna Science Centre de Tiruchi. (Photo : R Ashok)

maquette sonde lunaire Chandrayaan-1

En effet, en 2008, l’Inde envoie sa propre sonde. Il s'agit de Chandrayaan-1, lancé le 22 octobre 2008 avec son le PSLV. La sonde a réussi à quitter l’orbite terrestre pour entrer en orbite lunaire. La sonde s’écrasera ensuite sur la Lune, faisant de l’Inde un des rares pays à avoir touché cet astre ! Le 5 novembre 2013, l’Inde envoie une autre sonde. C’est Mangalyaan qui est lancé par un PSLV encore une fois. La sonde quitte la Terre et arrive à se mettre en orbite autour de Mars le 24 septembre 2014. A l’avenir, l’Inde prévoit d’envoyer une autre sonde sur la Lune cette fois-ci et une autre sonde vers Mars, là encore, pour y atterrir.

N’ayant pas encore fait envoyer d’homme dans l’espace depuis Rakesh Sharma, l’Inde projette aussi sur le long terme d’envoyer par ses propres moyens des astronautes dans l’espace. En effet, c’est ce qu’a déclaré Narendra Modi, premier ministre indien. En 2014, une capsule spatiale avait déjà été envoyée, elle était censée simuler une future capsule habitée.

Une grande ambition spatiale à l'horizon 2030

Est-ce que l’Inde arrivera à envoyer un de ses hommes dans l’espace dans cette décennie ? Depuis une dizaine d'années, l'Inde acquiert et maîtrise des technologies critiques pour le vol habité (retour d'orbite, rentrée atmosphérique, bouclier thermique...). Si l'effort se poursuit, il ne fait guère de doute qu'à l'horizon 2025, elle parviendra à envoyer des astronautes dans l'espace. Après l'URSS, les États-Unis et la Chine, l'Inde a de grandes chances d’être quatrième nation à envoyer par ses propres moyens des hommes dans l'espace.

Une station spatiale indienne ?

Kailasavadivoo Sivan, président actuel de l'ISRO a annoncé de grande ambitions pour le futur du programme spatial indien notamment la construction d'une station spatiale.

Kailasavadivoo Sivan president isro

L’Inde envisage également de disposer de sa propre station spatiale. À l’occasion d’une conférence de presse, le président de l’Organisation indienne pour la recherche spatiale ISRO, Kailasavadivoo Sivan, a révélé les projets du pays en matière de conquête spatiale. L’Inde prévoit de mettre en orbite sa propre installation d’ici 2030. Cette date peut être un peu précoce et s’inscrit sûrement dans une tentative de promotion de l’Inde de la part des acteurs du pays, mais elle a le mérite de nous faire croire qu’il est tout à fait possible qu’elle y arrive au moins dans la décennie. Dans tous les cas, c'est tout ce qu'on leur souhaite !

Pensez-vous que l'Inde et son agence spatiale ISRO sera capable de devenir la quatrième nation a envoyer par ses propres moyens des hommes dans l'espace ? Faites le nous savoir dans les commentaires !


1 commentaire

  • MAYOURA

    Cela fait plaisir de voir que l’ambassade suit à la trace tout ce qui concerne l’Inde. C’est une excellente chose. Il était important d’être visible. Pour ce qui est du contenu de l’article on voit que le pays malgré des contraintes budgétaires arrivent à suivre un programme spatial ambitieux. Mais pourquoi pas? L’Inde a dans le passé contribué à sa façon au développement de la science astronautique, notamment par ses mathématiciens! Ce point aurait pu être mentionné par les auteurs de l’article, car le pays avait quand même, avant de se lancer dans la conquête spatiale, de solides bases. Il faut souhaiter que pays avance à sa vitesse dans l’ambition annoncée, et le succès sera là!

Laissez un commentaire

Recevez nos articles dans votre boite email.